Les marchés au quatrième trimestre 2015.

conseils financiersChers clients et amis,

J’aimerais tout d’abord vous présenter, ainsi qu’à votre famille, mes meilleurs voeux de santé et de bonheur à l’occasion de la Nouvelle Année, et vous remercier de la confiance que vous continuez de me témoigner à titre de conseiller financier.

En ce début d’année, les marchés des capitaux partout dans le monde continuent d’afficher la volatilité qui a caractérisé une bonne partie de l’année dernière. Bien que la croissance mondiale se poursuive, quoique lentement, plusieurs marchés obligataires et boursiers sont affectés par un certain nombre de facteurs, y compris plusieurs importants dégagements dans le marché chinois, l’effondrement des prix des produits de base, des données économiques peu encourageantes et l’incertitude quant à la première hausse de taux aux États-Unis depuis la crise financière.

Cette conjoncture instable a mené, en 2015, à des résultats boursiers contrastés. En dollars américains, l’indice MSCI Monde a enregistré une légère perte de 0,3 %, dividendes compris. En dollars canadiens, toutefois, il a progressé de 18,9 % par suite de la faiblesse du dollar canadien par rapport au dollar américain et à d’autres devises. Cette performance indique donc de vigoureux rendements des marchés des États-Unis et du Japon, mais des résultats mixtes dans les marchés d’Europe et des autres pays asiatiques. Aux États-Unis, l’indice de référence S&P 500 a progressé de 1,0 % (dividendes compris) en dollars américains, mais de 20,5 % en dollars canadiens. Bien diversifié, le marché américain continue de bénéficier de la reprise économique, l’amélioration des marchés immobilier et de l’emploi soutenant la confiance des entreprises.

Au Canada, toutefois, l’indice composé S&P/TSX, fortement axé sur les produits de base, a accusé du retard par rapport à la plupart des autres marchés développés par suite de l’affaiblissement continu des prix du pétrole, des métaux et d’autres marchandises . Alors que le prix du baril de pétrole chutait à 35 dollars, l’indice plongeait lui aussi pour terminer l’année en territoire négatif (-8,3 %). Les marchés boursiers des pays émergents et d’Amérique latine, sensibles aux produits de base, ont également produit des rendements négatifs.

L’activité économique dans la plupart des régions du monde étant peu vigoureuse, la majorité des banques centrales maintiennent une politique monétaire très favorable à la croissance. Par son annonce, le 16 décembre, qu’elle haussait ses taux à court terme de 0,25 %, la Réserve fédérale américaine reconnaissait que l’économie américaine s’était dans une très large mesure rétablie de la crise financière de 2008. Les rendements des obligations d’État sont néanmoins demeurés faibles et l’indice des obligations universelles FTSE TMX Canada, qui suit les obligations d’État et les obligations de société de bonne qualité, a progressé de 1,1 % au quatrième trimestre de 2015 pour établir un gain de 3,5 % pour l’ensemble de l’année. L’indice des obligations américaines à rendement élevé, toutefois, a réagi plus fortement à la conjoncture et perdu 4,6 %, en dollars américains, en 2015.

Pour l’avenir immédiat, il existe de nombreux motifs à la fois de prudence et d’optimisme au sujet de la solidité de l’économie mondiale et de l’orientation des marchés des capitaux. Deux des principales économies du monde, celles des États-Unis et de la Chine, poursuivent leur expansion, et l’inflation demeure faible dans la plupart des régions. La Réserve fédérale a rassuré les investisseurs en précisant que les hausses de taux supplémentaires seront imposées graduellement afin d’éviter de freiner la croissance de l’économie mondiale, déjà peu vigoureuse. Les banques centrales d’Europe, de la Chine, du Japon et du Canada ont pris des mesures pour garder les taux d’intérêt bas et pour stimuler leurs économies. Bien que la conjoncture économique demeure fondamentalement favorable pour de nombreuses entreprises mondiales, certains experts estiment que les politiques divergentes pourraient susciter une volatilité accrue dans les marchés de l’investissement au cours des prochains mois.

Les manchettes au sujet de la volatilité des marchés peuvent avoir un effet troublant, mais il importe de ne pas perdre de vue les grandes perspectives. Les marchés boursiers, en particulier, affichent souvent des hauts et des bas, mais à plus long terme, ils sont généralement en hausse. Je suis toujours d’avis qu’un portefeuille bien diversifié qui reflète vos objectifs financiers et votre tolérance au risque permet d’atténuer cette volatilité et de bâtir votre patrimoine au fil des années.

Dans quelle mesure la performance de votre portefeuille personnel, l’an dernier, a suivi celle des marchés dépend de plusieurs facteurs, y compris la répartition de l’actif et sa diversification géographique, de même que les décisions tactiques prises par les gestionnaires de portefeuille au chapitre des titres individuels et des devises. Si vous avez des questions au sujet de vos placements ou des perspectives pour 2016, n’hésitez pas à communiquer avec moi.

N'hésitez pas à communiquer avec moi si vous avez quelque question que ce soit au sujet de votre portefeuille de placement.


Note: L'information dans cette lettre provient de plusieurs sources, notamment Placements CI, Signature Gestion mondiale d'actifs, The Globe and Mail, National Post et Trading Economics. Les renseignements relatifs à l'indice ont été fournis par TD Newcrest et PC Bond. Cette lettre est fournie à titre d'information générale et est sous réserve de modifications, sans préavis. Tous les efforts ont été déployés pour s'assurer que les renseignements ont été compilés à partir de sources fiables, toutefois, nous ne pouvons pas en garantir l'exactitude ni l'exhaustivité. Avant de prendre toute décision basée sur les informations fournies dans la présente, veuillez communiquer avec moi pour obtenir des conseils financiers tenant compte de vos circonstances personnelles.


 

Les marchés au troisième trimestre 2015

conseils financiersChers clients et amis,

J'espère que vous avez passé un bel été et profitez de la saison automnale. Le moment est opportun pour faire le point sur les conditions des marchés financiers au cours des derniers mois.

Pendant le troisième trimestre 2015, une volatilité supérieure à la normale a continué de se manifester dans les marchés financiers, la plupart des indices boursiers ayant affiché des pertes pour la période, et les marchés obligataires ayant enregistré des résultats mitigés.

Les valeurs des actions ont baissé vers la fin août et ont continué de fluctuer jusqu'à la fin septembre en raison de nombreux facteurs, notamment la décision de la Chine de dévaluer sa monnaie, suivie d'un dégagement des actions chinoises, le tout exacerbé par le ralentissement de la croissance économique  mondiale et l'incertitude suscitée par la Réserve fédérale américaine qui envisage d'augmenter les taux d'intérêt.

Vers la fin du trimestre, l'indice S&P 500 aux États-Unis a rebondi légèrement pour enregistrer une perte de 6,4 % pour le trimestre, et une baisse de 5,3 % depuis le  début de l'année. Pour sa part, l'indice MSCI Monde a enregistré une perte de 8,3 %, en dollars américains, pendant le trimestre, et de 5,6 %, en dollars américains, depuis le début de l'année. Cependant, les faibles résultats du marché mondial n'ont pas eu d'incidence notable sur les portefeuilles des investisseurs canadiens, car le dollar canadien a continué de perdre de la valeur, par rapport au dollar américain et à d'autres monnaies principales.

En dollars canadiens, l'indice S&P 500 a augmenté légèrement pendant le trimestre, et a affiché un gain de 9,4 % depuis le début de l'année, tandis que l'indice MSCI Monde n'a baissé que de 1,6 % pendant le trimestre, et a réalisé un gain de 9,0 % depuis le début de l'année.

Entretemps, l'indice composé S&P/TSX, qui est l'indice de référence canadien, a continué d'afficher un sous-rendement, par rapport aux autres marchés développés, et c'est surtout les secteurs axés sur les ressources naturelles qui ont été touchés par la baisse de la demande de produits de base. L'indice a subi une perte de 7,9 % pendant le troisième trimestre, et a enregistré une baisse de 7,0 % depuis le début de l'année.

Les responsables des banques centrales ont fait preuve de prudence au cours du trimestre, étant donné l'incertitude des marchés boursiers et la faiblesse des conditions économiques. La Réserve fédérale américaine a décidé de maintenir son taux d'intérêt de référence, en dépit de la poursuite d'une croissance de l'économie américaine et de son engagement à augmenter prochainement les taux d'intérêt. Au Canada, la faiblesse des prix des produits de base a continué de peser sur l'économie, et la baisse du PIB durant deux trimestres consécutifs a incité la Banque du Canada à réduire son taux directeur à 0,5 % en juillet. Les rendements des obligations d'État des marchés développés ont légèrement baissé au cours du trimestre, car les investisseurs s'y sont rués en raison de leur perception de sécurité.

Une volatilité accrue des marchés peut susciter de l'inquiétude, mais nous savons que les marchés financiers fluctuent entre des périodes de rendements plus faibles et derendements plus forts. Les ressacs du marché sont souvent de bonnes occasions pour les investisseurs d'acheter des titres de qualité supérieure à des prix intéressants, accroissant ainsi la valeur de leur portefeuille au fil du temps.

Bien que l'économie mondiale sous-jacente soit encore confrontée à des défis, elle continue de s'améliorer lentement. Aux États-Unis, l'économie a progressé d'un taux annuel impressionnant de 2,9 % pendant le deuxième trimestre de l'année, les sociétés ont réalisé des gains robustes, et les marchés du logement et de l'emploi sont stables. Les premières données sur le troisième trimestre indiquent que l'économie canadienne a également entamé une période de croissance positive. À l'étranger, la hausse du dollar américain exerce des pressions sur les économies émergentes, mais les conditions économiques de la Chine continuent de s'améliorer, quoiqu'à un rythme plus lent, tout comme celles de plusieurs autres pays comme l'Allemagne et la France.

Dans une optique à plus long terme, il convient de noter que la plupart des marchés boursiers affichent des résultats très positifs depuis les cinq dernières années. Par exemple, le rendement annuel composé sur cinq ans, au 30 septembre 2015, de l'indice MSCI monde a presque atteint 9 %, en dollars américains, et 15 %, en dollars canadiens. Nous ne pouvons pas prédire les fluctuations futures des marchés. Toutefois, une réaction trop prompte à la récente période de faiblesse pourrait vous faire manquer une remontée subséquente. Il est important de se rappeler que nous avons tenu compte de la volatilité des marchés lorsque nous avons élaboré votre portefeuille de placement. Un plan financier judicieux qui comprend un programme d'investissement bien diversifié et adapté à vos objectifs personnels demeure la meilleure solution pour réaliser vos objectifs financiers.

N'hésitez pas à communiquer avec moi si vous avez quelque question que ce soit au sujet de votre portefeuille de placement.

Meilleures salutations.

 

 

L'information dans cette lettre provient de plusieurs sources, notamment Placements CI, Signature Gestion mondiale d'actifs, Cambridge Gestion mondiale d'actifs, The Globe and Mail, National Post, Bloomberg, Yahoo Canada Finance et Trading Economics. Les informations sur les indices ont été fournies par TD Newcrest et PC Bond, et tous les rendements des indices boursiers sont en fonction du rendement total (dividendes compris). Cette publication est fournie à titre d'information générale et est sous réserve de modifications, sans préavis. Tous les efforts ont été déployés pour s'assurer que les renseignements ont été compilés à partir de sources fiables. Avant de prendre toute décision basée sur les informations fournies ci-dessus, communiquez avec moi pour obtenir des conseils financiers tenant
compte de vos circonstances personnelles.

S'abonner à protéger ses acquis