Revue du 4 ième trimestre 2017

Portrait de M. Lawrence Shaw

À l’entame de 2018, j’aimerais revenir sur la performance des marchés financiers au cours des douze derniers mois, et vous parler des événements qui pourraient avoir une incidence sur votre portefeuille d’investissement au cours de la prochaine année.

La plupart des marchés boursiers ont enregistré de bons résultats au cours du quatrième trimestre 2017, stimulés par des données économiques encourageantes, de bas taux d’intérêt, une inflation modérée et l’expansion des activités des entreprises. L’indice MSCI Monde, qui mesure le rendement des actions dans 23 marchés développés dans le monde, a enregistré un gain de 5,6 % en dollars américains au cours du trimestre, et un gain impressionnant de 23,1 % pour l’année. L’indice S&P 500, une mesure de l’ensemble des marchés boursiers américains, était en hausse de 6,6 % pour le trimestre, terminant l’année en hausse de 21,8 % pour l’année. Outremer, les marchés boursiers ont aussi connu une bonne performance, en hausse dans l’ensemble, tant pour le trimestre qui vient de se terminer que pour les 12 derniers mois. Les marchés émergents ont connu une forte performance au cours de 2017, l’indice MSCI Marchés émergents ayant enregistré une hausse de 37,8 % pour les 12 derniers mois, en dollars américains.

Par contre, le dollar canadien a connu une forte hausse, particulièrement au cours de l’été, par rapport au dollar américain, terminant l’année avec un gain de 7,0 %, ce qui a eu pour effet de réduire les gains des placements des investisseurs canadiens libellés en dollars américains. Prenons pour exemples les résultats en cumul annuel des principaux indices, exprimés en dollars canadiens : l’indice MSCI Monde, 15,0 %, le S&P 500, 13,8 % et le MSCI Marchés émergents, 28,7 %.

Après avoir connu une performance particulièrement forte en 2016, l’indice composé S&P/TSX canadien a été à la traîne presque tout au long de 2017, notamment en raison des bas prix de l’énergie et de la sous-pondération de certains secteurs, comme les technologies et les soins de santé. Cependant, l’indice de référence des marchés boursiers canadiens s’est redressé au cours du dernier trimestre 2017, stimulé par les résultats solides enregistrés par le secteur des services financiers et la remontée des prix du pétrole et autres marchandises. L’indice a terminé avec un gain de près de 4,5 % pour le trimestre et de 9,1 % pour l’année.

Au cours du trimestre, les banques centrales à l’échelle mondiale ont continué d’évaluer leurs options visant à durcir leur politique monétaire et à retirer les mesures de stimulation économique. Aux États-Unis, encouragé par la vigueur du marché de l’emploi et de l’activité économique, le Board of Governors of the Federal Reserve System a annoncé à la mi-décembre la hausse d’un quart de point de son taux d’intérêt de référence, l’établissant dans une fourchette de 1,25 à 1,5 %. De son côté, la Banque du Canada a décidé de maintenir son taux de financement à un jour à 1,0 %, après l’avoir augmenté deux fois au cours de 2017, et les banques centrales européennes et japonaise ont conservé leur politique monétaire accommodante.

Dans ce contexte, les rendements des obligations d’État dans plusieurs régions ont légèrement augmenté au cours du trimestre, sous l’influence des attentes d’autres hausses des taux d’intérêt à l’échelle mondiale. Le rendement des obligations du Trésor américain à 10 ans a haussé au cours du trimestre, terminant l’année à environ 2,4 %. Le rendement des obligations d’État du Canada à 10 ans a baissé au cours du trimestre, bien que terminant l’année en légère hausse, leur taux s’établissant à 2,0 %. L’indice obligataire universel FTSE TMX, qui mesure les résultats des obligations d’État et des obligations de sociétés au Canada, a enregistré un rendement de 2,0 % pour le trimestre, cumulant un gain de 2,5 % pour 2017.

Plusieurs des conditions qui ont stimulé la performance des marchés au cours de l’année dernière demeurent en place, notamment un climat favorable aux entreprises, tant au Canada qu’à l’étranger, une croissance économique positive et un taux d’inflation relativement bas. Cependant, les placements comportent toujours un risque. C’est la raison pour laquelle je recommande toujours à mes clients de constituer un portefeuille diversifié qui répond à leurs objectifs d’investissement particuliers, ce qui leur permet de profiter des gains des marchés, tout en protégeant leurs investissements en cas de perturbations des marchés.

En terminant, je vous prie de recevoir mes meilleurs vœux de santé, de bonheur et de prospérité pour la nouvelle année. Je tiens aussi à vous remercier de me permettre d’agir à titre de votre conseiller financier et de vous aider à faire fructifier votre épargne.

Pour toute question concernant votre portefeuille d’investissement, n’hésitez pas à communiquer avec moi ou l’un des membres de mon équipe. Nous demeurons à votre entière disposition.

Meilleures salutations,


Avis

L'information contenue dans cette lettre provient de diverses sources, dont Placements CI, Signature Global Asset Management, Cambridge Gestion mondiale d'actifs, Globe and Mail, National Post, Bloomberg, Yahoo Canada Finance et Trading Economics. L'information sur les indices a été fournie par TD Newcrest et PC Bond, et tous les rendements des indices boursiers cotés sont sur la base du rendement total (y compris les dividendes). Ce matériel est fourni à titre d'information générale et est sujet à changement sans préavis. Bien que tous les efforts aient été faits pour compiler ce matériel à partir de sources fiables; aucune garantie ne peut être faite quant à son exactitude ou son exhaustivité, et nous n'assumons aucune responsabilité pour toute dépendance à ce sujet. Avant d'agir sur tout ce qui précède, s'il vous plaît contactez-moi pour des conseils financiers individuels en fonction de votre situation personnelle.

Veuillez lire le prospectus ou la notice d'offre d'un fonds commun ou d'un mandat et consulter un conseiller en placements avant d'investir. Les données sur le rendement supposent le réinvestissement de toutes les distributions et de tous les dividendes, mais ne tiennent pas compte des frais de vente, de rachat ou de distribution ni des autres frais facultatifs ou de l’impôt sur le revenu à payer par le détenteur et leur rendement passé n’est pas garant de leur rendement à venir.